The book of Ivy – Amy Engel

De nos jours plus personne ne porte de robe blanche à son mariage.

couv73233627Comme j’ai enchaîné les deux tomes, je vais vous donner mon avis garanti sans spoiler, sur la saga complète.

The Book of Ivy est une dystopie comme on en voit beaucoup dans les rayons jeunesse de nos librairies. On se retrouve dans la ville de Westfall, ville-pays, puisque seul endroit encore sûr et habité après une grande guerre nucléaire qui a détruit notre société. La ville est coupée en deux : les plus aisés d’un côté et les plus pauvres de l’autre. Tout ce petit monde est dirigé par le Président Lattimer. Deux fois par an, les jeunes sont mariés les uns aux autres, passant d’un côté ou de l’autre de la ville. Ces mariages arrangés sont obligatoires et s’y soustraire fait encourir le risque d’être expulsé de la ville et par conséquent, voué à la mort.

Dès le début du livre, Ivy, petite fille de l’ancien opposant aux Lattimer, est mariée à Bishop Lattimer. Vous l’aurez compris, le fils du Président. Elle va donc devoir s’adapter au mariage et à une personne qu’elle considère comme l’ennemie de sa famille.

Je n’irai pas plus loin pour le résumé du livre, parce qu’il mérite d’être lu et je ne voudrais pas vous spoiler.

J’aime beaucoup les dystopies, voir comment un auteur imagine l’évolution à long terme de notre société. Ici, pas de combats entre jeunes comme dans Hunger Games, mais des mariages forcés et une vie en ostracisme dans un petit périmètre. La société est divisée en deux grands ensembles. Les jeunes servent à contrôler la population puisqu’ils sont obligés d’épouser un pair issu de l’autre côté de la ville.

Les deux livres sont bien écrits, on est plongé au cœur de Westfall, dans le quotidien d’Ivy, l’histoire étant rédigée à la première personne du singulier. J’ai eu beaucoup de mal à lâcher les livres tant je voulais connaître la suite, c’est vous dire.

Seul défaut et encore. C’est un livre pour la jeunesse et ça se voit. L’utilisation des stéréotypes du genre fait que certaines parties de l’histoire sont facilement prévisibles et ce, quasiment dès le début du premier livre. Bon, après, c’est parce que je lis beaucoup de jeunesse et à force j’ai fini par garder quelques schémas narratifs en tête. Mais ce petit défaut n’empêche pas de savourer l’histoire et d’avoir encore des surprises au fil des pages, rassurez-vous.

Il me semble avoir tout dit sur cette saga, j’espère vous avoir donné envie de la lire, parce que si vous appréciez la dystopie, vous pourriez aimer ce livre.

N’hésitez pas à me dire ce que vous avez pensé du livre si vous l’avez déjà lu.

Bonne lecture !

Pour vous procurer le tome 1 :
The Book of Ivy, Amy Engel
Editions Lumen, 2015
342 pages, 15€
ISBN : 9782371020351